Ça sert à rien, j’connais déjà le chemin

Je vais essayer de faire une histoire courte.

On m’a proposé cette semaine deux projets pour lesquels on aurait besoin de mon crâne rasé. Or, il ne l’est plus depuis longtemps… J’ai hésité et retourné la situation quelques fois avant de donner ma réponse. Allais-je me remettre en danger à nouveau? Allais-je oser me mettre à nue une nouvelle fois? 🤔

Pour être honnête, j’ai pensé récemment raser ma tête. C’est que, pour tout vous dire, j’ai recommencé à porter ma prothèse capillaire à la fin de l’été dernier, car la pandémie a eu le dessus sur mon cuir chevelu. J’ai subi les frasques de Madame Alopécie et mes cheveux sont allés voir ailleurs si j’y étais, à mon plus grand désarroi. Ils ont tombé, tombé, si bien qu’il ne m’était plus possible de cacher les trous sans cheveux. Pas de stress, me suis-je dit. Après tout, j’ai déjà vécu ça. Je sais comment « dealer » avec cette situation.

Cet automne, j’ai eu la chance d’auditionner pratiquement toutes les semaines comme comédienne, toujours avec ma prothèse. J’ai décroché plusieurs rôles dans des publicités. Jamais on m’a fait un commentaire négatif par rapport au fait que je portais cet accessoire de cheveux naturels. En fait, les équipes n’étaient même pas au courant! Les coiffeuses de plateau m’ont aidée, conseillée sur la façon de la solidifier pour aider à me sentir plus à l’aise… J’ai senti une grande empathie, la connivence entre nous et un soutien chaleureux de leur part. Bref, le port de ma prothèse ne m’a pas nui, bien au contraire. Cela m’a aidée à continuer ma vie professionnelle, mine de rien.

Or, cette semaine, ces demandes professionnelles pour mon crâne rasé sont venues bousculer l’impression de tranquillité que j’avais acquise au fil des mois… Si je vais sur un plateau tête nue, je vais devoir expliquer ce qui se passe. Je vais croiser des collègues, des regards, des jugements…

C’est extrêmement difficile de s’accepter comme on est, quand on est différent. En tant que femme, je me sens hyper vulnérable de vous montrer mon vrai visage, sans cheveux. Dernièrement, quelqu’un me disait: « Ah, toi, tu es tellement une beauté naturelle… » Je lui ai simplement souri et je l’ai remercié, mais dans mon cœur, je me disais que non, je n’étais pas belle au naturel… Si cette personne savait ce qu’il y a, sous cette carapace capillaire que je dois mettre pour sortir… 🥺

Après avoir discuté avec mon agente, j’ai décidé d’assumer ma décision de raser mon crâne pour ces deux projets et de vous montrer le résultat. J’ai été choisie dans le but de montrer de la diversité à l’écran. J’ai envie de la montrer au grand jour, cette diversité, pour que les femmes qui vivent la même chose que moi puissent se reconnaître, trouver un peu de force et de dignité.

Non, je n’ai pas le cancer. Je fais de la pelade (alopecia areata) depuis que je suis toute jeune. Vous pouvez lire mon tout premier billet sur le sujet ici. Ce blogue aborde le sujet tabou de la perte de cheveux. Il y a encore beaucoup de chemin à faire et j’ai envie de faire partie des petits pas vers le changement.

Je suis toujours participante de l’étude d’Innovaderm sur le nouveau médicament pour traiter la pelade. Pour l’instant, j’ai cheveux fins et épars qui poussent, mais ils sont blancs, alors on ne les voit pas! 🤦🏽‍♀️ Les dermatologues qui me suivent m’encouragent et me disent d’être patiente, car les participants de l’étude voient de bons résultats après plusieurs mois. J’essaie de rester zen et de prendre soin de moi, en attendant… 🙏🏻

Ne vous en faites pas pour moi, car cette fois, il n’y a pas de larmes. De toutes façons, « ça sert à rien, j’connais déjà chemin », comme le chanterait Marie Carmen! 😉

P.S. Profitez-en! Je suis disponible pour vos projets comme comédienne ou modèle au casting atypique. 😉

7 réflexions sur “Ça sert à rien, j’connais déjà le chemin”

  1. Bravo Anne-Lise, ton courage et ta force m’impressionne à chaque fois. Lors de nos quelques rencontre, j’admirait ton positivisme et ton énergie débordante et j’en suis encore une fois témoins dans ce billet. Lâche pas tout ce que tu fais et le bonheur que tu y mets. On le ressent dans chaque communication que tu fais. Au plaisir de se recroiser dans le futur.

    J’aime

  2. Merci pour ce beau texte, empli de courage et de vulnérabilité. Tu as une force en toi admirable et inspirante. Je vis avec l’alopécie areata et je comprends si bien la lutte intérieure que tu vis. Rayonner de par sa différence et l’afficher , c’est un défi. Vivre avec une maladie auto-immune chronique imprévisible , ça change une perspective de vie. Certains jours, on a un regain de confiance et on est prêts à s’afficher au monde entier. D’autres jours, on aimerait passer incognito. Heureusement que les perruques, bonnets et foulards existent pour nous permettre de souffler un peu! Même une petite touche de maquillage et des boucles d’oreilles arrivent à faire briller les yeux de manière surprenante! Dans les moments les plus difficiles, le baume sur le coeur, c’est de toujours se rappeler que notre famille et nos amis nous aiment inconditionnellement. C’est aussi important de se rappeler que plusieurs personnes vivent avec l’alopecie areata et que chacun possède sa recette secrète pour vivre avec sa perte de cheveux. En pensant à toutes ces personnes qui gravitent autour de nous , de près et de loin, notre force intérieure grandit. Avec cette force, cela nous permet de rallumer la petite étincelle dans les yeux qu’on appelle la résilience. Bon courage et n’hésite pas à m’écrire pour parler librement des hauts et des bas de l’alopécie areata.

    Aimé par 1 personne

      1. Je suis émue de savoir que mes mots ont sur faire résonner votre coeur! Votre sensibilité et votre authenticité sont une grande richesse, que vous partagez avec générosité. Vous êtes une source d’inspiration!
        SOLidarité ! ☀️🎶

        Aimé par 1 personne

  3. Merci pour ce beau texte. Je suis touchée moi aussi par une maladie qui me fait perdre mes cheveux tout doucement et ceci irréversiblement. C’est un lupus qui me fait souffrir autant physiquement que moralement. Il y a 10 jours, j’ai fait coupé très court (1 cm) les cheveux qui me restaient. Mon sentiment est partagé entre le soulagement d’avoir enfin sauté le pas de couper mes cheveux et la tristesse…
    C’est avec vous qui osez montrer au grand jour que nous allons réussir à nous montrer au grand jour et à ne plus avoir honte de ce qui nous arrive.
    Belle journée ou belle soirée :-). J’habite en France.
    Je vous embrasse,
    Sylvie

    J’aime

  4. Bonjour, je souffre aussi d’alopécie areata. J’ai perdu tous mes cheveux en 4 mois après la naissance de ma fille et ai actuellement une repousse presque complète après 1 an et quelques mois de calvitie totale. Votre blogue est le premier blogue francophone que j’aie trouvé fin 2018 quand mes cheveux tombaient par centaines et votre sourire m’a apporté énormément de réconfort. Aujourd’hui encore, je trouve que votre exemple est réconfortant, même si je ne ressens plus ce besoin. Merci et belle route à vous, avec ou sans prothèse, et avec ou sans cheveux. ❤️

    Aimé par 1 personne

Répondre à Patrick Madore Annuler la réponse

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s